Nous sommes tous des Playmobiles?

‘Maman, je ne veux plus être la grande’

‘Maman, c’est difficile d’être une grande sœur !’

Régulièrement, j’entends mon ainée (Poupette 1) me dire ça. Et d’autres fois, au contraire, elle revendique et chérit cette place particulière.

Du coup, je m’interroge ?!

Notre place par ordre d’apparition dans une fratrie (ou une absence de fratrie), cela induit-il des choses dans notre personnalité profonde ?

Quelle place, quel rôle pour chacun d’entre nous au sein de notre famille et plus largement dans la société ?

Ok, nous avons notre place à table, dans le canapé, dans le lit !!! on est un peu routinier dans la famille 😉

Mais plus globabelement, les choses ne sont pas à ce point figées.

Notre place dans la société ne dit pas qui nous sommes, la ‘fonction’ (sociale, professionnelle, parentale, etc) ne fait pas l’homme ou la femme.

Nous ne sommes pas cantonnés à jouer un rôle en fonction de ce que les autres attendent de nous.

La ‘pression sociale’ n’existe pas, si ce n’est celle que l’on s’inflige à nous-même !

Bien sûr, je me questionne aussi beaucoup sur ma place en tant que femme, mère, sœur, fille, amie, etc.

Toutes ses ‘casquettes’ nécessitent-elles que je m’adapte en permanence ou puis-je rester entière en toutes circonstances et avec tout le monde ?

Heureusement, les enfants, eux, ne sont pas si psychorigides.

L’enfant peut être sage et responsable et sait aussi faire des bêtises ; l’enfant peut être turbulent tout en sachant écouter. Les enfants m’étonnent toujours par leur flexibilité et leur intelligence à s’adapter dans de nombreuses situations. Comme si il sentait déjà qu’il faut garder un équilibre pour le bien commun du groupe !

Moralité : Nous sommes des êtres (adultes et enfants) multifacettes et nous pouvons explorer toute notre vie les richesses de notre personnalité.

 

P.S: ‘Nous sommes tous des playmobiles’ est un recueil de nouvelles écrit par Nicolas Ancion

 

Moi, homo sapiens femelle, de la classe des mammifères

Je suis une femme – pas savante- mais douée de raison

J’essaie d’être nuancée et civilisée, voire évoluée.

Mais ça me réconforte de savoir qu’on a tous en commun ce quelque chose qui nous relie; cette animalité que nous essayons souvent de refouler.

En particulier, quand il s’agit de mes enfants, je redeviens un animal !

Une maman louve qui allaite ses petits et qui adopte naturellement le maternage proximal ;

Une maman lionne qui les prend par la peau du cou pour les ramener dans la sécurité de la meute ;

Une maman oiseau qui peut pré-mâcher et donner la becquée à sa progéniture sans aucun dégoût ;

Une maman poule qui pendant la couvaison crée un petit nid douillet pour ses poussins.

 

Pour renouer avec votre côté bestial, je vous invite à essayer le ‘cri primal’ (attention les oreilles) seul ou accompagné (ça peut marcher sur et avec les enfants 😉

 

 

 

La (di)gestion des émotions

 

Faut-il apprendre à gérer ses émotions ?
Faut-il aider nos enfants à le faire ?

Des émotions, on en tous a mais tout le monde ne les exprime pas !
D’ailleurs, faut-il à tout prix exprimer ses émotions ? et faut-il apprendre à les gérer ?
Faut-il également accompagner nos enfants dans ce cheminement ?
Déjà, je devrais bannir totalement le ‘il faut’ et le ‘on doit’ de mes articles ; j’ai dit pas d’injonctions que diable !!!!

Personnellement, je suis plutôt une adepte de l’expression de mes émotions mais je ne sais pas trop les gérer et du coup, j’ai l’impression de les faire subir à mon entourage (voir mon article sur la mégère hystérique 😉 https://lechappeebelleenfamille.wordpress.com/2017/07/05/119/
Ça devient un peu une dictature des sentiments et ça ne crée pas un climat très plaisant et agréable à vivre.
Donc, je me rends compte qu’il faut que pour conserver un climat tempéré à la maison, s’exprimer c’est bien mais être modéré c’est mieux !!
Mes enfants sont souvent témoins de mes éclats de rire, mes éclats de voix, mes sanglots, mes dégoûts, mes peurs même ! et plus le temps passe, plus ils grandissent, moins je me cache et moins je culpabilise de ressentir ce que je ressens.
En tant que parents, on se sent parfois très impuissant face aux émotions de nos enfants. On essaie de les calmer, de les brider parfois.

A la maison, nous sommes gâtés entre ma grande poupette qui est un tsunami émotionnel, ma poupette 2 qui nous a fait des colères mémorables (elle se tapait pratiquement la tête par terre) et notre poupon qui n’est pas en reste avec ses réactions inattendues de grande tristesse ou de grande colère !

Face à ces situations inexplicables (à nos yeux de parents), notre manière de réagir est souvent de nous énerver pour essayer de les ramener au calme. Le ‘mais arrête de crier !’dit tout en hurlant est magistral !!

A l’opposé, le parent bienveillant (concept à la mode) essaiera plutôt de créer un espace sécurisant dans lequel l’enfant pourra s’exprimer librement. On trouve beaucoup de livres sur le sujet et même des objets, des facilitateurs, qui nous permettraient d’aider nos enfants à exprimer leur ressenti.
Style : sac à émotions, bouteille de retour au calme, coussin à colère, attrape-rêves, poupées-tracas

Idéalement, on peut essayer de leur donner des pistes, explorer avec eux par le jeu de rôle ‘comment tu aurais pu réagir autrement dans cette situation?’, passer par le biais du jeu ou du livre… mais dans la vraie vie, on est parfgois juste le contre-exemple à ne surtout pas suivre et on essaie de rediscuter, une fois le calme revenu, des situations même les plus conflictuelles.

Vous constaterez que je n’apporte aucune réponse aux questions posées en début d’article. 🙂
Parce que je n’ai pas de réponse toute faite et parce que comme dirait l’autre : ‘chacun se fera son opinion !’

Pour exemplifier tout ça, je vous repasse un extrait assez parlant du film ‘vice et versa’ où les émotions réelles ont du mal à s’exprimer et c’est la communication familiale qui trinque!

Vive la vie !

 

[SERIE]Le jour où…

 

Le jour où tu réalises que tu es une mégère hystérique

Nous étions en route tous les 5 dans la voiture pour une fête chez des amis.
Une fois n’est pas coutume, tout le monde était prêt : pimpant, « pimpé », brillant comme un sous neuf !
Tout le monde… sauf moi, bien sûr !
Autant vous dire que je n’ai jamais été adepte de la sophistication à outrance.
Mais là, dans la voiture qui slalome et qui freine sous la conduite magistrale de ma moitié ; quand je me retrouve avec des milliards de poussières de mon poudrier sur mes vêtements (quasi) propres (mis à part la mimine du poupon et le frottage de nez de la poupette 2 sur ma manche), je pète une durite ! je crie, je colère et je pleure en même temps !
Tous les 4 passagers étaient sidérés !!! Mon chevalier servant s’arrête sur le bord de la route, me parle calmement : « vas-y chouchou prends le temps de te maquiller à ton aise ! »
Charge mentale au paroxysme !!!

Dans le même genre ‘pétage de plomb’ mais dans un autre registre.
Tjs en voiture, le matin en allant conduire les enfants à l’école.
Je me dis (charge mentale) que leur petit déj’ n’a pas été complet et je prends la boîte de raisins frais pour fournir en route mes 3 petiots en collation saine.
Bien sûr, aucun des 3 ne veut de raisins
Et bien sûr au 1er tournant de la voiture, la boîte de raisins vole dans l’habitacle et moi, de rage et d’énervement, je jette les pauvres raisins restants par la fenêtre en criant.

La scène vous est familière ? ou je suis juste une hystérique bonne à enfermer ?

Qui a dit : Mère épuisée ?! charge mentale ?! je monte en pression ?!😬😠

 

 

 

 

à travers les yeux de nos enfants

 

Vous êtes-vous déjà demandés comment vos enfants voient les choses, les perçoivent, les comprennent ?

Personnellement, c’est un exercice que j’essaie de faire, bien que pas assez souvent.

Dans une situation donnée, là où en tant qu’adulte, je vais voir de la peur ou du danger ; l’enfant va trouver de la découverte, de la joie, de l’enthousiasme.

Dans une autre où l’adulte trouve de l’inconfort, voire de la gêne ; l’enfant sera peut-être à l’aise, épanoui.

Je réalise que j’impose trop souvent ma vision des choses aux enfants avec des injonctions parfois paradoxales et arbitraires :

Bien/pas bien!

Grave/pas grave!

Poli/impoli!

Tu peux/tu peux pas!

Assez d’injonctions ! laissons les découvrir et explorer le monde qui les entoure sans filtrer en permanence pour eux par souci de (sur)protection le plus souvent !

Essayons de retrouver une part de l’enfant que nous étions et qui est toujours là prêt à se manifester dans un éclat de rire, un émerveillement aux choses, une candeur même !

Et soyons plus doux et plus conciliant avec nous-mêmes aussi. Je vous invite à regarder ce petit film ; la même journée vécue à travers les yeux de la maman et ceux de ses enfants.

 

 

Hello

Je me présente, je m’appelle Lucie.

Engagée dans un couple dit ‘mixte’ car lui, homme et moi, femme !!!!

Mariée, 3 enfants ou plutôt non, 3 enfants puis mariée ! mettons les choses dans l’ordre dès le début pour partir sur des bases saines !

Poupette 1 / 5 ans et demi au compteur

Poupette 2 / presque 4 ans

Et petit poupon de 2 ans et demi

Oui, oui, vous faites bien le calcul. Ces petites merveilles ont à peine 1an et demi d’écart.

Quelles sont mes passions ? il y a peu de temps encore, j’aurais dit : aucune !

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais je me sens tellement enlisée dans la routine du quotidien et coupée de ma créativité (car oui elle est bien là, elle sommeille) que j’ai l’impression de n’avoir aucun centre d’intérêt à part mon foyer, mes enfants et mon train-boulot-dodo.

Mais en fait, tout ça n’est que vue de l’esprit ! c’est une vision des choses, une approche de la vie !

Donc, à moi de décider d’embellir le quotidien et d’être créative car mon quotidien, celui de mon mari et de mes enfants, c’est bien ça que nous partageons tous les 5.

Je ne peux pas vivre en pensant aux vacances et aux moments de grâces et d’exceptions que nous vivons parfois.

La vie, c’est maintenant ! et je compte bien sur ce modeste blog et mes fidèles et nombreux futurs lecteurs pour m’y aider et vous y aider aussi.

Et comment donc ?!!

En vous parlant de mes goûts en matière de livres pour enfants, de mes idées sur la déco enfantine, les sorties et activités à faire avec nos enfants et aussi en se questionnant sur la parentalité, ma place de mère, ma relation à mes enfants et à mon conjoint.

Et tout ça, d’une façon ‘humoureuse’ ; mélangeant humour et amour. Humour (je me fais rire moi-même et pas que j’espère !) et amour pour les belles personnes et les belles choses.

J’espère que ce ‘programme’ vous plaît, vous titille, vous intrigue et que vous serez là au rendez-vous pour suivre mes postes.

A très vite…